Comment mettre en boite un étudiant ?

Container-home à Amsterdam

L’idée est nimbée d’un charme bohème et écolo : vivre dans un conteneur. Y vivre provisoirement, humblement, comme un étudiant, par exemple.

La ville du Havre fait oeuvre de pionnier en France en lançant une cité U qui naitra de l’empilement de 101 caissons métalliques, offrant chacun un espace intérieur de 25m². En septembre prochain, pour moins de 300€ de loyer, charges comprises, chaque étudiant découvrira un confort certain avec kitchenette, salle de bain, lit, bureau… et une fenêtre.

L’idée, tellement évidente après-coup, de rendre vivables les conteneurs de marchandises qui s’empilent sur les ports est née au Pays-Bas. Une fois prouvée la viabilité économique et humaine, le concept a commencé à essaimer vers Allemagne, le Canada ou l’Australie, notamment au profit du monde estudiantin. Le Havre a tout de même décidé d’investir 4,8 millions d’euros, ce qui représente une économie de 25% par rapport à une construction en dur et réduit le délai de construction à un an, au lieu de deux.

On peut penser que le XXIème révisera petit à petit son rapport à l’habitat qui commence par l’horreur sociologique : économiser une large partie de son existence pour s’offrir un simple toit.

On peut imaginer, sous l’impulsion des nouveaux matériaux et des NTIC, un habitat plus modulaire, plus éphémère… plus mobile. On change déjà de mobil-home comme on change de voiture. Combien rêvent-ils de télétravailler à la belle saison dans un camping-car aménagé en bureau itinérant et interactif ?

En un siècle, on a perdu le lien à la terre et à la pierre. Les mentalités collent encore au béton. Jusqu’à quand ?

Photo Flickr de Javic

Laisser un commentaire