Pourriez-vous m’indiquer une cabine électrique ?

Il était une époque lointaine où l’on parlait de rénovation industrielle. L’idée était de louer des appareils, puis de les reconditionner pour les relouer à nouveau, au lieu de tout jeter après usage. Le cas d’école était le décodeur Canal+. Une fois restitué par un abonné, le boitier était démonté, désinfecté, sablé, repeint… avant de repartir pour une seconde vie, l’air parfaitement neuf. La rénovation industrielle portait aussi sur les combinés France Télécom, ceux en plastique gris avec un fil…

L’opérateur Telekom Austria (TA) renoue avec cette logique de recyclage en ce qui concerne ses cabines téléphoniques. Que faire d’une cabine qui ne sert plus à téléphoner, on vous le demande ? TA veut transformer ses 13.500 cabines, clairement désaffectées depuis l’essor du téléphone portable, en borne de recharge pour véhicules électriques. La première station a été inaugurée à Vienne, cet été, dans le cadre d’un projet pilote qui concerne une trentaine d’installations d’ici la fin de l’année, pour un investissement compris entre 1.500 et 3.000 euros par station-service électrique.

Pour recharger ses batteries, une voiture électrique devra être branchée pendant 6h30, une motocyclette 80 minutes et un vélo 20 minutes, selon TA. A noter que l’Autriche compte près 4000 voitures électriques en circulation (moins de 0,1% de son parc automobile). Il en coutera « moins de dix euros » pour faire le plein d’une voiture, a assuré le patron de TA, Hannes Ametsreiter, en conférence de presse.

Les clients pourront payer par téléphone mobile, ce qui est le moins pour un opérateur de télécoms.

Photo Flickr de neilh205’s photostream

Laisser un commentaire